La crise atteint l'Agirc-Arrco

Préparer sa retraite

La crise atteint l'Agirc-Arrco

En 2007, l'Arrco comptait 18,3 millions de cotisants et 11,4 millions de retraités. La même année, l'Arrco a récolté près de 34,87 milliards d'euros de cotisations versés par les employeurs, l'Unedic et l'Etat et elle a distribué près de 31,25 milliards d'euros d'allocations (pensions complémentaires).


Depuis le 1er juillet 2002, le GIE (Groupement d'intérêt économique) Agirc-Arrco regroupe les services et les moyens des deux fédérations Agirc et Arrco. Il travaille pour le compte commun des deux fédérations.

La crise s'étend
Depuis la fameuse crise des « subprimes » qui a démarré l'été dernier au USA, les faillites et difficultés des banques d'abord américaines puis européennes se sont enchaînées. Selon le quotidien « Challenges », en France, les banques auraient déjà perdu 22 milliards d'euros, les entreprises cotées plus de 700 milliards, les épargnants 500 milliards et les propriétaires immobiliers 400 milliards.

En matière de retraite, le Fonds de Réserves des Retraites a lui aussi été touché. Le président de Force Ouvrière annonçait dès septembre une perte de valeur de 25%, mais cette perte a finalement été établie à -14,5% selon le Conseil de surveillance du FRR qui s'est réunit le 14 octobre dernier.

Ainsi il semblait presque logique, que l'Agirc et l'Arrco qui placent une partie de leurs réserves sur les marchés financiers, soient également touchées par la crise.

Lundi 17 novembre, La Tribune révélait que l'Agirc avait subit la crise financière de plein fouet avec une perte de 100 millions d'euros. Le lendemain, le journal Les Échos révélait que les pertes de l'Arrco s'avéraient encore plus importantes, avec près de 1,1 milliard de perte.

Réponse de l'Agirc – Arrco :
Après ces révélations, les deux caisses de retraite complémentaire ont publié un communiqué via le GIE. S'il reconnaît que 2008 est une « mauvaise année », le GIE ne parle pas pour autant de pertes et assure que le paiement des pensions de retraite est garanti. Explications :
En effet le GIE rappelle que « les régimes de retraite complémentaire sont gérés par répartition : les cotisations versées par les salariés et leurs employeurs servent directement à payer les pensions des retraités ». Il affirme que « le paiement des retraites est donc garanti par le versement des cotisations et non pas, comme dans un système géré en capitalisation, par des fonds placés sur les marchés financiers ». Il explique ainsi que les réserves constituent « un volant supplémentaire de sécurité ».

Aujourd’hui, l'Agirc a des réserves évaluées à 12,5 milliards d'euros et l'Arrco des réserves de 44 milliards d'euros, ce qui représente pour ces deux caisses l'équivalent « d'une année de cotisations » chacune.

Le GIE a toutefois admis que pour l'Agirc comme l'Arrco, « dans ce contexte de crise financière, les réserves, notamment pour leur part en actions, sont affectées par la dégradation des marchés financiers ».

Mais il estime que « si l'année 2008 est une mauvaise année, les résultats de placement à long terme s’évaluent sur plusieurs exercices. Dans les années précédentes, les fonds ont été bien valorisés. Sur les 10 dernières années, la performance moyenne annuelle est de 5,61% pour l'Agirc et de 5,02% pour l'Arrco malgré les années de crise 2001 et 2002 ».

 


Cliquez ici pour estimer votre retraite