Le casse-tête de la retraite des fonctionnaires

Jeudi 20 Mai 2010 - Actualités réforme 2010

Le casse-tête de la retraite des fonctionnaires

La modification du régime de retraite des 5,2 millions de fonctionnaires est le dossier le plus explosif. «C'est un dossier très compliqué», selon les dires de l'Elysée. Si un mouvement social est à craindre, «le risque, il est dans le secteur public», ajoute-t-on.

La seule certitude est que les fonctionnaires seront soumis à l'allongement de la durée de cotisation et/ou au recul de l'âge légal, de la même manière que le seront les salariés du privé.
Reste l'épineuse question du mode de calcul. Contrairement au privé, les primes et heures supplémentaires ne rentrent pas dans le calcul de la pension des fonctionnaires. Or il faut savoir qu'elles représentent en moyenne 23% du salaire.
Pour donner un ordre d'idée, actuellement le taux de remplacement (niveau des pensions en pourcentage des derniers salaires) est similaire entre privé et public.

La fonction publique est un secteur qui compte de fortes disparités entre les différents échelons. Par exemple, un haut fonctionnaire ou un policier, qui touchent beaucoup de primes sortiraient gagnants si les retraites du public étaient alignées sur celles du privé, mais un enseignant, recevant peu de primes, verrait sa pension retraite baisser.
Le Gouvernement pourrait donc en priorité s'attacher aux particularités du régime qui n'ont plus lieu d'être comme un départ à la retraite après 15 ans de travail pour les femmes ayant eu au minimum 3 enfants. Les catégories de fonctionnaires qui peuvent partir plus tôt en retraite (55 ou 50 ans) pourraient aussi être concernées.

La dernière piste de réflexion concerne le taux de cotisation retraites, qui pourrait augmenter d'un point dans le public, pour rapporter 600 millions d'euros.

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

11 commentaires - Voir les commentaires

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION