Pénibilité : échec des négociations

Article publié le Jeudi 17 Juillet 2008 dans la rubrique : La retraite par métier.

Vos réactions

cwiklinski.rene - Le 02/03/2009 à 12h17

j'aimerais voir mon député distribuer lui même ses tracts : dans toutes les boîtes (même "vigik" : j'ai fais ce boulot durant 16 ans (pas de journaux ni grandes surfaces) : retraite 184 € par mois : la pénibilité : route, sacs à dos ou chariots, les dos d'âne à longueur de journée,les gens qui en ont ras le bol des journaux gratuits et des pubs de grandes surfaces. j'étais entrepreneur indépendant:l'ANPE que j'ai contactée pour la reprise de ma clientèle : "nous on s'occupe des salariés" ET QUAND IL N'Y AURA PLUS DE PATRONS ??? La Chambre de Commerce m'a fixé un RDV , la personne ne s'est pas présentée. LA PENIBILITE PEUT ETRE PHYSIQUE, MORALE ou AUTRE. Je constate que nos dirigeants sont bien dans leur fauteuil, ils encaissent mais l'artisan qui refait une toiture Ils le saigne au max. Merci de pouvoir m'exprimer.

jpierre.bo - Le 03/10/2008 à 15h25

ayant travaillé en fonderie prés de 35 ans j'estime que ce metier à tous les niveaux est pénible et que la retraite serait la bienvenue au bout de 40 années de cotisation et à taux plein. car un ouvrier a le droit de profiter un peu de la vie quand il est encore temps. cordialement.

BDagricole - Le 28/07/2008 à 12h03

C'est impensable qu'on refute la pénibilité de certains emplois. J'habite dans l'Oise où je vois tous les matins des cavaliers de 15 à environ 50 ans traverser la route, à cheval sur des chevaux de course souvent excités, qui se cabrent, ruent dans tous les sens. Bien sûr, celà ne concerne que quelques milliers d'emplois, d'où l'absence de négociations pour ces personnes. Allez leur dire qu'ils devront monter à cheval jusqu'à passés 60 ans, la plupart arrêtent bien avant, quitte à se retrouver sans rien, à cause de l'appréhension, parfois de l'alcoolisme qui en est la conséquence, des séquelles de chute. Il y a surement d'autres professions concernées par l'impératif de la pénibilité ; ces ouvriers n'auront pas de retraite du tout, c'est celà qu'on cherche ?

philipperty - Le 28/07/2008 à 11h56

Bonjour, Comment réparer la perte de vie occasionnée par le travail de nuit à la chaîne? Ce n'est pas la mise en place d'un départ progressif qui résoudra le problème. Il serait juste d'instaurer la retraite anticipée!!!

Commentaires sur Pénibilité : échec des négociations

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut à droite.
Sinon cliquez ci-dessous :

S'inscrire


Retour à l'article : Pénibilité : échec des négociations