Les droits familiaux au coeur de la négociation Agirc-Arrco

Article publié le Jeudi 19 Février 2009 dans la rubrique : Actualités réforme 2010.

Vos réactions

jpdc - Le 30/03/2009 à 22h27

Il est plus que regrettable que les syndicats qui veulent renforcer leur image d'organismes resposables s'oopose à l'age de 61 ans pour la retraite alors que toutes les raisons(allongement de la vie, difficultés financières,etc) militent en faveur d'un allongement de la durée de cotisation. il suffit d'observer les ajustements décidés dans les pays de la communauté !! Je crains que cette position apparemment en faveur des salariés soit dictée par des considérations corporatistes de la part de gens qui gèrent également les retraites privilégiées de la fonction publique. En ce qui concerne la volonté de supprimer les modestes avantages pour les retraités ayant eu au minimum trois enfants,on ne peut s'empêcher de penser que l'on tombe là à la fois dans l'incohérence du raisonnement puisque c'est grâce aux enfants élévés par ces personnes que seront payés les retraites futures, et que par ailleurs cete question subsidiaire semble ne se justifier que pour masquer les vrais problèmes d'équilibre des retraites que les syndicats n'ont pas le courage d'aborder sans tarder. L'échec des négociations récentes en sont la preuve. Alors messieurs les syndicaliste un peu de sens des responsabilités car si le financement des retraites posent aujourd'hui un problème, c'est avant tout par l'effet de la démographie et non des difficulltés économiques; Cela fait quarante ans que la France et bien d'autres pays ont baissé leur taux de natalité alors ne pouvait-on pas prévoir l'effet de ciseau né du manque d'acti jeune et de la plétore de gens du baby boom ? Cela fait seulement 60 ans que c'était inscrit que nous aurions autant de candidats à la retraite aujourd'hui et nos "responsables de la gestion des caisses de retraite semblent le découvrir mainrenant, sans le dire ouveretement puisqu'ils rejettent la faut de cette situation sur le chomage et les crises du capitalisme . POurquoi des réseves n'ont pas été constituées ? TOut autre organisme privé qui auraait ainsi géré les fonds avec une telle imprévoyance aurait été accusée d'escroquerie et pourtant notre systéme français géré et régulé par autant de partenaires si responsables, nos "partenaires sociaux" qui sont si avisés nous ont mené à une impasse du genre de celle à la Madov . Alors qui doit payer maintenant ?? Merci de vos réactions J.P. Dufournet

georgivena - Le 28/02/2009 à 17h58

j'ai 60ans au mois d'aout,elevees 3enfants toute seule,le marie n'a jamais voulue travail,que ce passe t-il pour la reconvertion de veuve???

micheldunord - Le 22/02/2009 à 14h56

Je me fais du souci comme de nombreux futurs retraités qui comme moi auront 60 ans après le 1 avril 2009 et qui ont commencé à14 ans.Personnellement j'aurai 60 ans en septembre 2009,mon total de trimestres validés sera de 175 et l'on parle de revoir l'AGFF au 31 mars 2009.Ci celle-ci n'est pas reconduite,la perte de 22% du montant de la retraite complémentaire sera appliquée?.Comment cela sera t'il appliqué?.

herve-patrick.stella - Le 20/02/2009 à 09h03

« Le projet visant à plafonner les rétributions familiales attribuées aux pensionnés de l'AGIRC qui ont élevé 3 enfants ou plus serait inique car : * En répartition, sans enfants, il n’y a pas de retraites. Or, plus les couples ont d’enfants, plus généralement leurs droits à la retraite sont faibles. Ainsi, par exemple, malgré les rétributions (usuellement appelées « majorations ») familiales versées par l’AGIRC, un couple de cadres ayant cinq enfants a, en moyenne, une retraite inférieure de 30 % par rapport à celle d’un couple n'ayant eu qu'un enfant. En effet, pour élever cinq enfants, l'un des parents (généralement la mère) a dû, le plus souvent, mettre un frein à sa carrière professionnelle. Pourtant, leur effort personnel permettra aux régimes de retraite de compter sur cinq cotisants au lieu d’un seul. * Les familles nombreuses, à revenu égal, ont un pouvoir d'achat net de prestations familiales grandement inférieur aux autres et n'ont donc pas les moyens de "capitaliser" pour se créer des revenus complémentaires pour leurs retraites. L'Union des Familles Pour les Retraites qui regroupe déjà plusieurs centaines de cadres profondément choqués par ce projet, a été créée spécifiquement pour y faire obstacle. Hervé-Patrick STELLA Président Union des Familles Pour les Retraites http://www.uniondesfamilles.org/agirc-action.htm

Commentaires sur Les droits familiaux au coeur de la négociation Agirc-Arrco

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut à droite.
Sinon cliquez ci-dessous :

S'inscrire


Retour à l'article : Les droits familiaux au coeur de la négociation Agirc-Arrco