Les routiers gardent leur CFA

Vendredi 30 Novembre 2007 - La retraite par métier

Les routiers gardent leur CFA

Le ministère des transports a cette semaine rassuré les fédérations syndicales du transport routier sur le maintien du Congé de fin d'activité. Ce dispositif permet aux conducteurs routiers de partir en retraite à 55 ans depuis 1997.

 

Alors que les négociations sur la pénibilité sont au point mort, le secrétaire d'état aux Transports, Dominique Bussereau, a reçu lundi les organisations syndicales du secteur du transport routier (CFDT Route, CFTC Transports, CGT Transports, FO, FNCR*) au sujet du Congé de fin d'activité (CFA). Les syndicats avaient en effet exigé cette entrevue via un communiqué commun le 13 novembre dernier :

 

« Lors du conseil d’administration du Fonds de gestion du congé de fin d'activité transports du 16 octobre dernier, nous avons eu la désagréable surprise d’apprendre sournoisement que l’Etat n’avait pas l’intention de respecter ses engagements à l’égard des régimes de CFA des Conducteurs marchandises, voyageurs ainsi que des convoyeurs de fonds. [...] C’est un engagement formel et rapide que nous exigeons de la part de ce gouvernement sur sa participation à la pérennité de ces CFA. »

 

Retraite dès 25 ans d'activité

 

Le dispositif, reconnaissant la pénibilité des métiers des conducteurs routiers de marchandise et déménagement a été mis en place il y a dix ans. Il a été étendu en 1998 aux conducteurs routiers de voyageurs et aux convoyeurs de fonds. Ainsi ces professionnels de la route ont droit de prendre leur retraite à partir de 55 ans, à la condition d'avoir exercé un emploi pendant au moins 25 ans (au moins 30 ans pour les conducteurs routiers de voyageurs). Ce dispositif avait été obtenu par les partenaires sociaux, « à l'issu du lourd conflit de novembre 1996 », précise le communiqué intersyndical. Il se justifie par « la pénibilité et la dangerosité des métiers du transport ». 

 

Victoire pour aujourd'hui, inquiétude pour demain

 

Face au secrétaire d'état aux transports, les attentes des syndicats étaient précises, et se résumaient en trois points : le versement total de la contribution** de l'Etat pour 2007 (soit 10 millions d'euros), la revalorisation de celle-ci pour 2008 « à la hauteur des besoins de financement du système*** » et la pérennisation du CAF au delà de 2008.

 

Les syndicalistes ont donc obtenu des garanties écrites sur ces trois aspects, mais ils restent vigilants. Le rendez-vous 2008 pourrait en effet tout remettre à plat. « Si les réponses du gouvernement sont malgré tout une victoire [...] la question des retraites dans le transport routier n'est pas réglée pour autant ».

 

(*) Fédération Nationale des Conducteurs Routiers
(**) Le CFA est financé par une cotisation des employeurs, des salariés et une subvention de l'Etat.
(***) A titre indicatif en 2005, la subvention de l'Etat s'élevait à 80,4 millions d'euros, soit 43% du montant total des allocations perçues.

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

3 commentaires - Voir les commentaires

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION