Le cumul emploi/retraite

Jeudi 29 Mars 2012 - Etre à la retraite

Le cumul emploi/retraite

Mieux comprendre le cumul emploi-retraite
Actuellement, de plus en plus de retraités préfèrent continuer de travailler pour percevoir un revenu en complément de leur pension de retraite. Le cumul emploi-retraite permet également d’augmenter ses droits. Avant de prendre une décision, il est préférable de bien s’informer afin de connaitre les règles qui s’appliquent aux différents cas.

A-Quelques règles qu’il faut connaitre

Avant de passer au cumul emploi-retraite, il faut que la personne soit déjà à la retraite : en d’autres termes après la cessation de ses activités professionnelles, elle doit avoir liquidé tous ces droits à la retraite. En effet, aucune pension ne sera versée si le travailleur n’a pas encore quitté son emploi.
1-Deux systèmes au choix pour les bénéficiaires du taux plein
Lorsque le retraité a cumulé un nombre de trimestres suffisant pour bénéficier du taux plein, il peut choisir entre deux systèmes : le cumul-emploi-retraite et la surcote.
-Le cumul-emploi-retraite
Le cumul emploi-retraite s’adresse aux bénéficiaires du taux plein. Une fois qu’ils touchent leur pension de retraite et après avoir accompli les démarches nécessaires, ils sont libres de reprendre une activité professionnelle. Cependant, le montant de leur salaire ne doit pas excéder la moitié de leur dernière rétribution avant la retraite. La totalité de leurs revenus (salaire+pension de retraite) ne doit pas dépasser le montant du dernier salaire perçu avant la retraite.
Par exemple, si l’assuré est né en 1952, il pourra partir à la retraite à 60 ans et 8 mois en bénéficiant du taux plein s’il a validé 164 trimestres. Le taux plein lui est également attribué sans condition s’il attend l’âge légal du taux plein qui est de 65 ans et 8 mois pour les retraités nés en 1952.
-La surcote

La surcote est un système qui permet de toucher une pension plus élevée en reportant la date du départ à la retraite. Ainsi, depuis le 1er janvier 2009, la pension de retraite de base augmentera de 1,25 % par trimestre supplémentaire, soit 5 % par année d’activité. Peuvent bénéficier de la surcote les salariés du régime général, les salariés agricoles, les exploitants agricoles, les artisans non salariés, les commerçants et les travailleurs industriels. Les fonctionnaires peuvent également profiter d’une surcote, mais leur système est régi par des règles différentes.

2-Choisir le système en fonction de certains paramètres
Avant de choisir entre la surcote et le cumul emploi-retraite, il est fortement recommandé de considérer quelques paramètres. Il faut tenir compte du parcours professionnel, du montant du salaire à la fin de sa carrière et du type d’emploi à exercer en cas de cumul emploi retraite…
Il faut savoir qu’il est plus rentable d’opter pour la surcote si votre salaire en fin de carrière est élevé et que vous avez un parcours professionnel constant. La surcote présente aussi un avantage non négligeable : elle assure de nouveaux droits à la retraite. Le cumul emploi-retraite ne permet pas de générer de nouveaux droits, à moins de changer de statut pour être un travailleur indépendant.

Pour bien choisir entre le cumul emploi-retraite et la surcote, il est utile de recourir à un simulateur en ligne pour effectuer les calculs. En cas de doute, les différentes caisses de retraite sont disposées à répondre à toutes les questions de leurs assurés à partir de 55 ans. Les responsables proposent même un diagnostic-conseil sur mesure, réalisé à partir d’informations professionnelles et personnelles.


(--page--)

B-Le cumul emploi-retraite des salariés

Les salariés peuvent opter pour un cumul emploi-retraite quelques mois ou même plusieurs années après la liquidation de leurs droits à la retraite. Deux cas peuvent se présenter : le cumul emploi-retraite sans restriction ou le cumul emploi-retraite limité.
1-Le cumul emploi-retraite sans restriction
Certains salariés peuvent profiter du cumul intégral de leurs pensions de retraite de base, de leurs retraites complémentaires Agirc ou Arrco ainsi que du revenu qu’ils perçoivent pour leur nouvelle activité professionnelle. Il s’agit des salariés qui ont atteint l’âge légal de la retraite et qui ont cumulé un nombre de trimestres suffisant pour prétendre à une pension à taux plein. Le cumul intégral est également possible pour tous les salariés qui ont atteint l’âge légal du taux plein, même s’ils n’ont pas pu cotiser la durée d’assurance nécessaire.
Par exemple, si le salarié est né en 1953, il pourra partir à la retraite à 61 ans et bénéficier du cumul emploi-retraite s’il valide 165 trimestres. Il devra attendre l’âge du taux plein, fixé à 66 ans, s’il a liquidé ses pensions à taux réduit. Quel que soit le cas, toutes les pensions (régime de base, régimes obligatoires et régimes complémentaires) doivent être liquidées avant de se lancer dans le cumul emploi-retraite.
Il faut savoir que si le salarié peut jouir du cumul emploi-retraite sans restriction, il est toujours tenu de signer un nouveau contrat de travail avec son employeur.
Il est possible de reprendre un travail de salarié, d’exercer une activité artisanale, commerciale, libérale et même d’intégrer la fonction publique. La reprise d’une activité professionnelle auprès de son ancien employeur peut également être envisagée, de plus cette alternative ne requiert plus de délai de carence.
Les cotisations versées dans le cadre d’un cumul emploi-retraite ne permettent pas l’obtention de nouveaux droits à la retraite.
2-Le cumul emploi-retraite limité, soumis à certaines conditions
Le cumul emploi-retraite limité s’adresse aux assurés qui ne remplissent pas les conditions permettant de profiter d’un cumul emploi-retraite intégral. La règle du cumul avec limitation de revenus est simple : si la totalité de la pension (retraite de base + retraite complémentaires) et du nouveau salaire excède la limite du cumul, les responsables procèdent à la suspension du paiement de la pension de retraite. La limite du cumul équivaut au montant du dernier salaire perçu avant la liquidation des droits à la retraite. Cependant, il existe une autre alternative qui peut être plus favorable pour certains : le salarié peut choisir une limite du cumul qui correspond à 160 % du SMIC.
Pour savoir si cette limite est atteinte, il suffit d’effectuer la moyenne des salaires soumis à la CSG encaissés pendant les trois mois civils qui précèdent le départ à la retraite. Les indemnités de départ ou de mise en retraite ainsi que les congés payés accordés pendant cette période sont également considérés dans le calcul. Le retraité a la possibilité de ne pas demander toutes les pensions des régimes auxquels ils appartiennent afin de remplir cette condition et de continuer ainsi à percevoir la totalité de ses ressources (salaire+pension de retraite de base+pension de retraite complémentaire).
Pour les salariés qui désirent revenir chez leur ancien employeur, ils doivent attendre qu’un délai de 6 mois s’écoule à compter de la date de liquidation de leur retraite de base du régime général. 

Si un retraité décide de se lancer dans une activité non salariée, ses ressources peuvent être cumulées sans aucune limite, quel que soit le montant de son nouveau revenu.

(--page--)

C-Le cumul emploi-retraite pour les travailleurs indépendants

Les travailleurs indépendants peuvent bénéficier du cumul intégral de leurs pensions de retraite et de leur nouveau revenu dans le cadre d’un cumul emploi-retraite s’ils respectent certaines conditions.
1-Les conditions à remplir pour bénéficier d’un cumul intégral
La règle est la même que pour les salariés. En effet, les travailleurs indépendants peuvent bénéficier d’un cumul intégral dans le cadre d’un cumul emploi-retraite lorsqu’ils ont liquidé leurs droits à la retraite à taux plein. En d’autres termes, ils doivent valider le nombre de trimestres requis en fonction de leur âge. Le cumul intégral est également possible s’ils atteignent l’âge légal du taux plein même si leurs cotisations sont insuffisantes. Les artisans, les commerçants et les autres travailleurs indépendants qui ont rempli l’une de ces conditions peuvent percevoir l’intégralité de leur pension de retraite de base additionnée de la pension de retraite complémentaire et de leur nouveau salaire dès qu’ils ont liquidé leurs droits auprès de tous les régimes obligatoires auxquels ils ont été rattachés tout au long de leur carrière professionnelle.
2-Le cas de ceux qui ne bénéficient pas du taux plein
Si les travailleurs indépendants prennent leur retraite sans bénéficier du taux plein, ils ne pourront pas profiter du cumul intégral. Leurs revenus sont alors plafonnés.
Pour les artisans et les commerçants, leur nouveau revenu annuel ne doit pas excéder 50 % du plafond annuel de la Sécurité sociale. À titre informatif, le plafond annuel de la Sécurité sociale était de 35 352 euros en 2011, le plafond était donc de 17 676 euros que l’activité soit exercée dans une zone de revitalisation rurale (ZRR) ou dans une zone urbaine sensible (ZUS).
3-Le cas des travailleurs libéraux
Les travailleurs libéraux, après la cessation des activités professionnelles, perçoivent leur retraite de base. En cas de reprise des mêmes activités ou d’un autre type de travail, ils continuent d’encaisser leur pension. Cependant, il y a une exception à ce principe : en cas de reprise ou de poursuite d’une activité libérale, l’intéressé pourra toujours toucher sa pension de retraite si son nouveau salaire annuel ne dépasse pas le plafond imposé par la Sécurité sociale (35 352 euros en 2011).

Comme les règles applicables varient d’un régime à l’autre, il est préférable de se renseigner auprès des responsables avant de demander la liquidation de sa pension de retraite.

(--page--)

D-Cumul emploi-retraite pour les fonctionnaires

 Le cumul emploi-retraite dans la fonction publique est soumis à des règles spécifiques qu’il faut connaitre. Deux cas peuvent se présenter : la reprise du travail dans la fonction publique et la reprise d’une activité dans le secteur privé.
1-Travailler dans le secteur public
Les fonctionnaires retraités peuvent bénéficier du cumul emploi-retraite en reprenant une activité dans l’une des fonctions publiques (ministères, collectivités territoriales ou hôpitaux). Ils peuvent également poursuivre leur ancienne activité. Cependant, le cumul emploi-retraite n’est possible que jusqu’à 67 ans dans le secteur public.
Le cumul du nouveau revenu et des pensions de retraite est faisable si le montant annuel du salaire brut proposé n’excède pas la somme de 6 573,33 euros + le tiers du montant brut de la pension de retraite.  Si ce plafond est dépassé, le montant de la pension sera réduit pour respecter cette règle.
2-Travailler dans le secteur privé

Les fonctionnaires retraités peuvent se lancer dans le secteur privé dans le cadre d’un cumul emploi-retraite. Comme il n’y a pas de conditions particulières, le nouveau salaire et la pension de retraite de fonctionnaire peuvent être cumulés sans aucune restriction.   

(--page--)

E-Cumul-emploi-retraite pour les exploitants agricoles

Les exploitants agricoles ont le droit d’opter pour le cumul emploi-retraite pour augmenter leur pouvoir d’achat et pour mieux vivre à la retraite. Le cumul intégral des ressources n’est pourtant possible que si certaines conditions sont remplies.
1-Les conditions pour bénéficier d’un cumul intégral des ressources
Depuis 2009, les exploitants agricoles bénéficient de conditions plus souples lorsqu’ils optent pour la reprise d’une activité, que ce soit au sein de leur ancienne exploitation ou d’une autre.
Le cumul intégral de la pension de retraite et des nouveaux revenus est possible sous trois conditions : pour la nouvelle activité, le retraité doit être chef d’exploitation ou chef d’entreprise agricole. Tous ses droits à la retraite (régimes de base, autres régimes obligatoires et régimes complémentaires) doivent être liquidés. L’exploitant agricole doit liquider sa pension de retraite à taux plein quel que soit le poste qu’il a occupé.
Il faut savoir que tous les retraités non salariés agricoles peuvent bénéficier d’un cumul intégral de la pension et du nouveau revenu s’ils remplissent ces conditions.
2-Le cas des autres exploitants agricoles
Lorsque les conditions précitées ne sont pas remplies, le cumul emploi-retraite des exploitants agricoles est soumis aux anciennes règles.
L’exploitant agricole doit cesser d’exercer son travail dans un délai de deux mois à compter de la date de prise d’effet de sa retraite. Bien que la cessation d’activité soit obligatoire, elle n’oblige pas l’exploitant agricole à quitter sa propriété s’il y vit.
Il est possible de continuer une activité agricole tout en percevant sa pension de retraite si la surface du terrain exploité n’excède pas 20 % de la superficie minimum d’installation.
Lorsque l’exploitant agricole n’arrive pas à vendre ses terres ou que les acheteurs potentiels proposent des prix trop lésant, il peut toucher sa pension de retraite et poursuivre ses activités pendant une période maximale de deux ans, mais qui peut toujours être renouvelée. L’intéressé doit en faire la demande auprès de la préfecture de son département.

L’exploitant agricole a le droit de reprendre une activité salariée que ce soit au sein de son ancienne exploitation ou dans une autre. Il peut également exercer une profession non salariée non agricole : dans ce cas, ses ressources ne sont pas limitées.

(--page--)

F-Les types d’emplois les plus adaptés pour les retraités

Le retraité qui décide d’opter pour un cumul emploi-retraite a un large choix d’activités. Son choix dépendra de ses moyens et de ses préférences.
1-Les activités ne nécessitant aucun investissement
Si le retraité ne souhaite pas ou ne peut pas investir pour exercer une activité afin de toucher un revenu supplémentaire, il peut envisager de reprendre son poste auprès de son ancien employeur. S’il désire tout simplement rester dans son domaine d’activité, il peut proposer ses services en tant que consultant dans de nombreuses sociétés qui seront intéressées par son expérience.
Les retraités peuvent également postuler pour des emplois à temps partiel ou des travaux saisonniers adaptés à leur état de santé. Actuellement, de plus en plus d’établissements commerciaux recherchent des particuliers qui souhaitent tester leurs nouveaux produits. Ces services rémunérés constituent d’excellentes sources d’appoint.
2-Les activités requérant des fonds de départ
Comme la retraite est une période où le divertissement est souvent une priorité, il est possible d’exploiter son passe-temps favori ou ses talents d’artistes pour gagner un revenu supplémentaire. Les retraites peuvent par exemple donner des cours de langues, des cours de musique, apprendre à entretenir un jardin ou un potager. Ils peuvent aussi se proposer comme décorateur d’intérieur, coiffeurs, maquilleurs ou masseurs.
Comme il est alors nécessaire de trouver des clients, un soin particulier doit être apporté à la prospection : des supports publicitaires de type flyers et des cartes de visite à placer un peu partout dans votre quartier ou dans des lieux publics très fréquentés devraient faire l’affaire. Pensez à toujours régulariser la situation de votre petite entreprise en respectant les différentes formalités administratives.
Il existe également plusieurs travaux à domicile qui peuvent convenir aux séniors : ils peuvent par exemple ouvrir un petit restaurant ou aménager une table d’hôte s’ils sont actifs et très disponibles. La vente à domicile est une activité florissante : elle permet de toucher des commissions allant de 20 % à 35 % sur les articles vendus.
Actuellement, plusieurs offres circulent sur internet. Il est fortement recommandé de bien s’informer avant de proposer ses services : en effet, les arnaques sont nombreuses. Il est ainsi préférable d’éviter les systèmes de ventes pyramidales. Il faut également se méfier des propositions qui font miroiter des sommes trop irréalistes.
Avant de choisir une activité, il est conseillé de bien évaluer le temps nécessaire, le budget à allouer et la rentabilité du travail.

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

0 commentaire - Soyez le premier à réagir sur cet article

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION