Le bénévolat pourrait compter dans le calcul de la retraite

Jeudi 18 Octobre 2007 - Préparer sa retraite

Le bénévolat pourrait compter dans le calcul de la retraite

 

Mercredi, à l'occasion de la 20e journée mondiale du refus de la misère, Nicolas Sarkozy, a prononcé un discours devant le Conseil économique et social. Il a notamment évoqué sa volonté de voir les années de bénévolat prises en compte dans le calcul de la retraite.
 
Aujourd'hui en France, plus de 7 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté (moins de 817 euros par mois). Mercredi, le chef de l'Etat a jugé ce chiffre « inacceptable » et a annoncé son objectif de le réduire d'un tiers. Il a également tenu a souligné qu'un tel engagement était une « première » en France. Il prononçait son discours devant le Conseil économique et social à l'occasion de la 20e journée mondiale du refus de la misère.
 
Pour atteindre cet objectif d'ici cinq ans, le président a donc énuméré toute une série de mesures et notamment la prise en compte des activités bénévoles dans le calcul de la pension de retraite. Lundi, il avait rencontré les dirigeants de plusieurs associations importantes (ATD Quart-Monde, Restos du Coeurs, Emmaüs...) et saluer leur rôle. « C'est pourquoi je veux que la société reconnaisse ceux qui agissent chaque jour pour rompre la solitude des autres [...] Je veux que les années de bénévolat dans les associations valident des années de cotisation de retraite , a-t-il-déclaré. Je veux que notre société récompense ceux qui se dévouent pour les autres et sanctionne ceux qui empoisonnent la vie des autres ».
 
Reste à savoir quels seront les critères qui autoriseront les associations à faire bénéficier à leurs bénévoles de cette mesure. Valider ses trimestres permettrait d'atteindre plus vite le délai requis pour quitter la vie professionnelle, en revanche cela n'augmenterait pas les pensions, puisque en tant que bénévole, aucune cotisation n'est versée.
 
Pour l'instant Nicolas Sarkozy n'a pas donné de précision sur la mise en oeuvre de son idée, mais a désigné Martin Hirsh, Haut commissaire aux Solidarités actives, présent lors du discours, « comme le gardien de cet objectif ». C'est également M. Hirsh, ancien président d'Emmaüs France, qui est chargé d'organiser début novembre le « Grenelle de l'insertion », où la proposition du chef de l'Etat devrait être détaillée.

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

4 commentaires - Voir les commentaires

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION