Epargne retraite : quel placement choisir ? (2)

Mardi 11 Décembre 2007 - Actualités sur l'épargne retraite

Epargne retraite : quel placement choisir ? (2)

Perco, PEE, Perp... Depuis quelques années, les solutions pour s'assurer une retraite complémentaire sont de plus en plus nombreuses. Mais devant cette multitude d'offres, il n'est pas toujours facile de s'y retrouver. Revue de détail des principaux moyens existants.

 
Après notre premier volet sur les solutions d'épargne individuelle*, voici le second volet sur l'épargne collective ou salariale :
 
2) Epargne salariale
 
PEE : Plan d'épargne entreprise. Réservé aux salariés et aux professions libérales, commerçants ou artisans ayant entre un et 100 employés. C'est une sorte de compte-titres, où on peut investir dans des actions, obligations,... via des Fonds communs de placement d'entreprise. Le titulaire peut verser de l'argent (25 % maximum du revenu brut annuel). L'employeur l'approvisionne dans le cadre de participation aux bénéfices, de l'intéressement ou via un abondement (jusqu'au triple du versement du salarié). Après cinq ans, les gains réalisés sont exonérés d'impôts. Lors des retraits, ces gains subissent 11% de prélèvement sociaux.
 
PEI : Plan d'épargne inter-entreprise. Créé en 2001, il permet à plusieurs entreprises, appartenant à une même branche, un même bassin d’emploi, ou un même secteur d’activité, de créer un plan d’épargne commun. Le PEI a les mêmes caractéristiques que le PEE.
 
PERCO : Plan d'épargne retraite collectif. Son ouverture est conditionnée par l'existence préalable d'un PEE. En plus du versement du salarié (25% maximum du revenu brut annuel), s'ajoute un abondement de l'employeur, facultatif, mais exempté de cotisations patronales. Les fonds sont récupérés uniquement à l'âge de la retraite (sauf 5 cas de déblocage anticipé des fonds, tels que l'achat de la résidence principale ou l'invalidité), sous forme de capital (exonéré d'impôts) ou rente (abattement de 60%).
 
Article 39 du Code Général des Impôts. Ce contrat, créé à l'origine pour inciter les cadres dirigeants à rester dans leur entreprise jusqu'à la retraite, garantit une retraite complémentaire basée sur un pourcentage du dernier salaire. La réforme de 2003 l'a ouvert à tous les salariés. Les versements, exonérés de charges sociales mais soumis à une taxe spéciale, sont effectués uniquement par l'employeur. A l'âge de la retraite, les fonds sont versés sous forme de rente viagère. Si le salarié quitte l'entreprise avant la retraite, il perd ses droits.
 
Article 82 du CGI. Contrat qu'une entreprise souscrit pour l'ensemble ou une partie de son personnel. Il garantit un complément de revenu pour la retraite (pourcentage du salaire), versé au départ en retraite, sous forme de capital ou rente. Les cotisations de l'entreprise sont soumises aux charges patronales, mais déductibles de la base imposable à l'impôt sur les sociétés. Le salarié est obligé d'y adhérer et peut participer aux versements. Ses cotisations sont imposables puisque considérées comme un « sursalaire ». Etant propriétaire de ses droits, il peut les racheter avant la retraite.
 
Article 83 du CGI. Plan collectif dédié à la retraite sur un contrat d'assurance vie. Si sa mise en place est facultative pour l'entreprise, ses salariés sont ensuite obligés d'y adhérer. Il peut concerner tous les salariés ou une partie seulement. L'entreprise détermine un niveau de versement calculé en pourcentage du salaire. Les versements sont exonérés des charges patronales et salariales sauf CSG et CRDS et déductibles du résultat imposable, le salarié peut y participer. Bloqués jusqu'à la retraite, les fonds sont reversés uniquement sous forme de rente viagère. Le salarié ne perd pas ses droits s'il change d'entreprise.
 
 
(*) Notre article du lundi 10 décembre 2007.

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

0 commentaire - Soyez le premier à réagir sur cet article

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION