Les femmes lésées par la réforme

Jeudi 09 Septembre 2010 - Actualités réforme 2010

Les femmes lésées par la réforme

Considéré comme discriminatoire envers les femmes, le projet de loi sur les retraites est contesté. Certains députés de gauche et des associations ont saisi la Halde (Haute Autorité de discrimination et pour l'égalité). Selon eux, «certaines mesures existantes et/ou figurant dans le projet de loi de réforme des retraites constituent des discriminations indirectes envers les femmes».

Dans la situation actuelle, les pensions obtenues par les femmes grâce à leur propre travail sont inférieures de 42 % à celles des hommes. En moyenne, elles s'élèvent à 825 € contre 1 425 € pour les hommes, soit 600 € d'écart.

Les femmes sont aussi plus nombreuses que les hommes à être en situation de précarité. Leurs salaires sont moins élevés, avec en moyenne 25 % d'écart et leurs carrières sont plus hachées.

Ces différences sont essentiellement dues aux grossesses, au temps passé à éduquer les enfants. Par ailleurs, de nombreuses femmes ont travaillé avec leur mari sans cotiser.
Les femmes occupent 82 % des postes à temps partiel. Elles ne sont que 44 % à faire une carrière complète contre 86 % des hommes.

Le projet de loi de reculer l'âge de départ en retraite sans subir de décote touche plus les femmes en raison de leur situation. D'autant plus qu'une grande proportion d'entre elles connaît une situation de chômage.

Deux améliorations sont toutefois contenues dans le projet de loi.
Il prévoit de comptabiliser les indemnités journalières de maternité comme salaire, ce qui permettra aux femmes de cotiser d'avantage.
Le texte promet également «des mesures destinées à garantir que les entreprises s'investissent dans la réduction des écarts salariaux entre hommes et femmes».

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

0 commentaire - Soyez le premier à réagir sur cet article

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION