Régimes spéciaux : la mobilisation baisse d'un ton

Vendredi 19 Octobre 2007 - La retraite par métier

Régimes spéciaux : la mobilisation baisse d'un ton

Avant la grève massive hier, trois syndicats (FO, FGAAC, Sud Rail) avaient appelés à une reconduction de la grève. Mais la FGAAC a créé la surprise hier soir en annonçant qu'elle levait son préavis de grève reconductible après avoir obtenu gain de cause. Aujourd'hui, le trafic ferroviaire était donc perturbé, mais dans une moindre mesure.

 
Un TER sur trois circulait ce matin et 35% des TGV étaient assurés sur le réseau national. Au lendemain de la forte mobilisation des cheminots contre la réforme des régimes spéciaux de retraite (73,5% de grévistes), le trafic restait donc perturbé aujourd'hui. Mais il a repris plus vite que prévu suite à la « suspension de la grève » jeudi soir de la FGAAC (qui représente 30% des conducteurs de la SNCF). A la RATP aussi les perturbations ont continué, mais « cela fonctionnait mieux que prévu », selon la direction. Dans le reste de la France, les transports urbains avaient repris le rythme habituel.
 
Les conducteurs satisfaits
A la FGAAC, pour justifier ce revirement de situation, Bruno Duchemin, secrétaire général, a estimé qu'il avait reçu de la direction et de l'autorité de tutelle les réponses qu'il attendait concernant les spécificités du métier de « roulant ». La fédération s'est notamment faite entendre sur deux points essentiels : les conducteurs d'aujourd'hui et les futurs embauchés (après le 1er janvier 2009) continueront à partir en retraite plus tôt que les autres cheminots. Actuellement, les conducteurs partent à 50 ans et les autres cheminots à 55 ans. Avec ces accords, ils pourront partir à 55 ans, quand les autres cheminots partiront à 60 ans.
 
Rendez-vous lundi
La décision de la FGAAC a été vivement critiquée par les autres syndicats : « Il y a une catégorie qui sauve sa peau et qui laisse tomber les autres », a déclaré amèrement Jean-Luc Gironde, porte-parole de Force Ouvrière. Quant à Didier Le Reste, secrétaire général de la CGT Cheminots, il a affirmé qu'il allait « demander des comptes à la direction de la SNCF » sur ces discussions qui se mèneraient « en coulisse ».
Sans la FAAGC, le mouvement risque bien de s'émousser. Aujourd'hui seuls deux syndicats sur huit, SUD Rail et FO (minoritaires), ont appelé à la reconduction du mouvement. La CGT et d'autres centrales ont préféré ne pas braquer l’opinion publique en appelant à une grève illimitée. Elles se sont donné rendez-vous lundi pour décider des suites à donner au mouvement. La CFDT a elle opté pour les négociations proposées par le ministre du Travail la semaine prochaine. La confédération n'est pas hostile à l'allongement de la durée de cotisation, mais attend des « contreparties ».
 

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

0 commentaire - Soyez le premier à réagir sur cet article

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION