Les jeunes se mobilisent pour la retraite à 60 ans

Jeudi 06 Mai 2010 - Actualités réforme 2010

Les jeunes se mobilisent pour la retraite à 60 ans

19 organisations de jeunesse contestent le projet de réforme et se mobilisent en lançant un appel pour la retraite à 60 ans, intitulé «La retraite, c'est une affaire de jeunes».
L' Unef, UNL, Fidl, CGT, FSU, LMDE, SUD étudiants, UEC, Attac Campus, Génération précaire, JOC, MJS, MJCF, Jeunes Verts, JRG, Réseau jeunes du PG, NPA, Gauche unitaire jeune, branche jeunesse d’AL ont relayé le texte défendant le droit à une retraite de haut niveau à 60 ans.

Alors que le Gouvernement prépare une réforme en faveur des jeunes, ils constatent «une nouvelle fois» que «ce qui est mis en place au nom des jeunes se fait sans eux et surtout contre eux», rappelle le texte.

Jean-Baptiste Prévost (Président de l'Unef) souligne que leur appel a «vocation à armer les jeunes pour qu'ils puissent participer à ce débat majeur». Il ajoute que «[les jeunes n'ont pas] le droit à la parole alors [qu'ils] risquent d'être victimes de la réforme». Ils refusent d'être «pris en otage» et de servir de «caution» à la réforme.

Au regard des conditions actuelles (insertion professionnelle tardive, chômage et précarité), la retraite à 60 ans ressemble à «un droit en pointillés» que l'allongement des cotisations et le report de l'âge légal n'amélioreront pas. L'appel explique que les mesures sont équivalentes à «demander à la jeunesse de travailler plus longtemps pour toucher une retraite moins importante», «conduisant [leur] génération à vivre des conditions de retraite moins bonnes que celles de [leur] parents».

Le débat sur le financement n'est pas laissé de côté. En effet, les organisations voudraient mettre à contribution les revenus financiers et mener une politique de l'emploi qui permette «d'apporter les recettes nécessaires à la pérénnité» du système.
Les organisations signataires souhaitent que soient prises en compte «les caractéristiques de [leur] génération» qui font qu'ils commencent à cotiser plus tard que les générations précédentes. Elles réclament la prise en compte des années d'études/formation ainsi que les périodes de stage et d'inactivité dans le calcul de retraite dans le but de «garantir aux jeunes qu’ils pourront à leur tour bénéficier d’une retraite solidaire de haut niveau».

Suite à cet appel, des comités locaux devraient être créés afin d'informer, d'expliquer et de participer aux mobilisations des syndicats.

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

1 commentaire - Voir le commentaire

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION