Pénibilité : les syndicats exigent une réaction rapide de l'Etat

Lundi 28 Juillet 2008 - La retraite par métier

Pénibilité : les syndicats exigent une réaction rapide de l'Etat

Jeudi dans une déclaration commune, la CGT, la CFDT et la CFE-CGC expriment leur volonté de voir le gouvernement reprendre rapidement sur le dossier de la pénibilité avec la mise en oeuvre d'un dispositif de retraite anticipée.

 

Après l'échec de la négociation entre syndicats et patronat sur le dossier de la pénibilité, les syndicats espèrent que le gouvernement, qui a désormais les cartes en mains, va aller dans leur sens en instaurant un dispostif de départ anticipé en retraite, pour les personnes exerçant des métiers dits « pénibles ».

 

C'est ainsi que la CGT, la CFDT et la CFE-CGE ont publié jeudi une déclaration commune, pour exhorter le gouvernement à « mettre en place rapidement un dispositif de cessation anticipé d'activité », indique le titre du communiqué. En effet, après 3 ans de négociation, syndicats et patronat n'ont pas réussi à se mettre d'accord, le patronat étant contre le principe de retraite anticipée et favorable à un départ progressive en retraite.

 

Pour les syndicats, « la responsabilité de cet échec incombe aux délégations patronales du Medef, de la CGPME et de l’UPA qui ont refusé, jusqu’au bout, la mise en place d’un véritable système de « réparation » compensant une moindre espérance de vie due aux mauvaises conditions de travail. Ce sont des dizaines de milliers de salariés, ouvriers, employés, cadres, qui vont continuer à subir une injustice inadmissible ».

 

Les organisations syndicales sont donc déterminées à ne pas laisser tomber le dossier dans l'oubli : « il n'est pas question d'en rester à ce constat d'échec », ont-elles indiqué, ajoutant vouloir rencontrer « le plus rapidement possible le gouvernement sur la base de trois principes ».

 

Ces trois principes sont : « la création d'un dispositif spécifique départ anticipé pour pénibilité », « la définition des critères permettant de couvrir réellement l'ensemble des situations vécues par les différentes catégories de salariés » et la « fixation d'une contribution conséquente des entreprises au financement d'un tel dispositif ».

 

Les syndicats souhaiteraient que ce dispositif soit mis en place « d'ici à la fin de l'année » et qu'il « ouvre immédiatement un droit à une cessation anticipée d’activité pour les dizaines de milliers de salariés qui ont connu des conditions de travail pénibles, affectant leur espérance de vie à la retraite en bonne santé ».

 

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

7 commentaires - Voir les commentaires

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION