La pension de réversion

Etre à la retraite

La pension de réversion

Elle est en principe attribuée quelles que soient la nationalité et/ou la résidence du conjoint.

La condition d'âge antérieurement fixée à 55 ans, a été supprimée par la loi de 2003 portant réforme des retraites. Toutefois, cette suppression est progressive. Ainsi, l'âge minimal du conjoint survivant diminuera dans les proportions suivantes:

- 55 ans pour les pensions prenant effet au plus tard le 30 juin 2005 ;

- 52 ans pour les pensions prenant effet entre le 1er juillet 2005 et le 30 juin 2007 ;

- 51 ans pour les pensions prenant effet entre le 1er juillet 2007 et le 30 juin 2009 ;

- 50 ans pour les pensions prenant effet entre le 1er juillet 2009 et le 31 décembre 2010.

 

Contre toute attente, la loi de financement de la sécurité sociale pour 2009 rétablit une condition d'âge pour le bénéfice de la pension de réversion. Conformément à l'exposé des motifs de l'avant-projet, l'âge minimum a été fixé à 55 ans par décret.

 

L'allocation veuvage doit tout de même disparaître au 31 décembre 2010. Toutefois, une concertation doit avoir lieu, sur la base notamment de travaux du Conseil d'orientation des retraites afin de trouver une solution aux hypothèses de veuvage précoce.

De plus, les personnes devenues veuves avant le 1er janvier 2009 pourront bénéficier de la pension de réversion dès l'âge de 51 ans.

 

Aucune condition de durée du mariage entre le défunt et le conjoint survivant n'est requise.

 

Elle est soumise à condition de ressources. En effet, les ressources du bénéficiaire afférentes aux 3 mois précédant la date d'effet de la pension ne doivent pas excéder un montant correspondant à 2080 fois le taux horaire du SMIC pour une personne seule, soit 17.201,60 Euros au 1er janvier 2007, ou 1,6 fois ce montant, soit 27.522,56 Euros au 1er janvier 2007, s'il vit en couple.

Lorsque les ressources prises en compte excèdent le quart du plafond, il leur est substitué celles afférentes aux douze mois civils précédant cette date, qui sont alors comparées au montant annuel de ce plafond.

Les ressources prises en compte excluent toutefois :

- les revenus d'activité et de remplacement de l'assuré décédé ;

- les avantages de réversion servis par les régimes légalement obligatoires complémentaires ;

- les revenus des biens mobiliers et immobiliers acquis du chef du conjoint décédé ou disparu ou en raison de ce décès ou de cette disparition.

En outre, les revenus d'activité du conjoint survivant font l'objet d'un abattement de 30 % s'il est âgé de 55 ans ou plus.

 


Cliquez ici pour estimer votre retraite