Comprendre les bases du système pour bien préparer sa retraite

Mercredi 11 Avril 2012 - Préparer sa retraite

Comprendre les bases du système pour bien préparer sa retraite

Les principales bases du système de retraite
La retraite est une nouvelle phase de la vie. Pour partir à la retraite dans les meilleures conditions, il est recommandé de s’y préparer quelques années à l’avance pour que toutes les pièces justificatives nécessaires soient à portée de main au moment de constituer son dossier.

A-Constituer son dossier petit à petit

Lorsqu’un travailleur dépose sa demande de retraite, il doit présenter un dossier avec des documents permettant de retracer son parcours professionnel.
1-Les justificatifs indispensables
Les justificatifs servent à résumer la carrière professionnelle de l’intéressé : ils doivent indiquer les dates, le nom des entreprises, les postes occupés et les régimes de retraite auxquels il est affilié. Il faut effectuer un classement chronologique de toutes ces pièces.
Ainsi, au fil du temps, les documents suivants devront être minutieusement archivés : fiches de paie, certificats de travail, avis de paiement des indemnités de maladie ou des indemnités de chômage et les relevés de carrière envoyés par les caisses de retraite auxquelles il a adhéré.
Il faut noter que les travailleurs non salariés doivent bien ranger leurs bordereaux de cotisation reçus de leurs caisses de retraite. Si l’assuré a fait le service national, il doit précieusement conserver son livret militaire pour pouvoir valider cette période.
2-S’informer sur ses droits
Pour obtenir les informations nécessaires sur sa situation, il suffit de s’adresser à sa caisse de retraite de base. Elle est tenue de répondre à toutes les questions des affiliés pour les aider à bien préparer leur retraite. Les caisses de retraite de base fournissent, automatiquement ou sur demande, un relevé individuel de situation pour que l’assuré puisse corriger les éventuelles erreurs et omissions.
Si, par malheur, il manque des justificatifs pour constituer son dossier de demande de retraite, il est toujours possible de demander la copie des fiches de paie ou des bordereaux de versement de cotisations auprès de l’entreprise ou de l’établissement concerné.
3-Les documents envoyés par les caisses
Depuis la publication de la loi Fillon en 2003, les caisses ont l’obligation d’informer régulièrement les assurés, qu’ils soient salariés du secteur privé, fonctionnaires, travailleurs indépendants ou qu’ils dépendent de régimes spéciaux.
Un relevé individuel de situation (RIS) et une estimation indicative globale (EIG) leur sont ainsi fournis. Le relevé individuel de situation est un document qui indique les droits découlant des différents régimes de retraite. Depuis 2008, les assurés peuvent demander le RIS gratuitement, quel que soit leur âge. Si les caisses ne reçoivent pas de demande, elles envoient ce document tous les 5 ans aux assurés à partir de 35 ans.
L’estimation indicative globale informe l’assuré sur le montant de sa pension lorsqu’il aura l’âge légal de la retraite en fonction de sa carrière professionnelle. Ce document indique également le montant de la pension lorsque l’assuré aura atteint l’âge légal du taux plein (variant de 65 à 67 ans selon la date de naissance). Les caisses envoient l’EIG à ses assurés tous les 5 ans, à partir de 55 ans. Ces deniers n’ont pas besoin de faire une demande pour l’obtenir.
 

B-Comment estimer sa retraite de base ?

 
1-Les données nécessaires pour effectuer le calcul
Le montant de la retraite de base dépend de plusieurs paramètres et il faut effectuer un calcul précis pour en connaitre le montant exact. Tant qu’il y a encore des données manquantes, le montant obtenu n’est pas encore définitif.
La première étape consiste à repérer les années de référence (années de la carrière professionnelle pendant lesquelles les salaires étaient les plus élevés). Il s’agit des 10 à 25 meilleures années. Les montants des salaires annuels sont d’abord convertis en euros le cas échéant et réévalués avant d’être additionnés. La somme totale est divisée par le nombre d’années pour trouver le « salaire annuel moyen de base ».
Il faut ensuite connaître le taux applicable au salaire annuel moyen de base. Ce taux dépend de la durée de la carrière professionnelle et varie de 33,75 % à 50 %.
Le calcul du montant de la pension de retraite de base requiert également la connaissance du nombre de trimestres cumulés dans le cadre du régime général. Le nombre de trimestres nécessaires pour bénéficier du taux plein dépend de la date de naissance du futur retraité : 163 trimestres pour les personnes nées en 1951 ; 164 pour celles qui sont nées en 1952 ; 165 pour ceux nés en 1953 et en 1954.
Une fois que ces informations sont connues, il suffit d’appliquer la formule suivante pour trouver le montant de sa retraite :
Salaire Annuel Moyen x Taux x (le nombre de trimestres cumulés/le nombre de trimestres requis)
Par exemple : si un assuré né en 1951 a validé 163 trimestres dans le régime général et que l’on applique ce calcul on obtient :
Salaire moyen annuel x 50 % (taux plein prévu par la sécurité sociale) x (163/163) = salaire moyen annuel/2
En effet, le taux plein équivaut à la moitié du Salaire annuel moyen.
2-Utiliser un simulateur
Actuellement, de plus en plus de professionnels proposent une simulation en ligne pour trouver le montant de sa pension de retraite. Il faut, cependant, noter que le résultat obtenu ne sera pas fiable tant que les informations prises en compte seront incomplètes ou s’il y a encore des erreurs. Avant de faire une simulation, il convient donc de réunir toutes les informations nécessaires pour que le résultat soit plus proche du montant réel. Il est également conseillé de bien choisir le simulateur.
 

C-Comment estimer sa retraite complémentaire ?

 
Comme son nom l’indique, la retraite complémentaire complète la retraite de base. Il s’agit d’un revenu non négligeable qui contribue à améliorer le pouvoir d’achat et les conditions de vie des retraités.
1-Calcul de la retraite complémentaire
Les régimes de retraite complémentaire Agirc (Association générale des institutions de retraite des cadres) et Arrco (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés) sont des régimes par points. Le nombre de points est calculé en fonction des cotisations versées et au moment de la retraite, ces points sont multipliés par « la valeur du point en vigueur » qui est réévalué en fonction de l’évolution de l’inflation tous les ans au 1er avril.
Lorsque le salarié a effectué une carrière complète et qu’il bénéficie d’une retraite à taux plein, sa retraite complémentaire s’aligne. Si cette condition n’est pas remplie, le montant de la retraite complémentaire est minoré.  
Les assurés ayant ou ayant eu des enfants à charge profitent d’une majoration de leur retraite complémentaire.
2-Préparer les justificatifs nécessaires pour sa demande
Lorsque l’assuré souhaite liquider ses droits à la retraite, il doit toujours faire une demande en bonne et due forme. Pour la retraite complémentaire Arrco et Agirc, il lui faut fournir d’autres justificatifs en plus de la demande :
-une photocopie de sa carte nationale d’identité
-une photocopie de son dernier avis d’impôt sur le revenu
-un relevé d’identité bancaire
-une photocopie du livret de famille ou les extraits de naissance des enfants.
Les caisses peuvent réclamer des justificatifs supplémentaires si elles les estiment nécessaires selon le profil et la situation de chaque assuré.
 

D-Le rachat de trimestres pour améliorer sa pension de retraite

 
Pour permettre aux retraités d’augmenter leur pension de retraite et d’atteindre plus facilement le taux plein, les responsables ont créé un dispositif intéressant. Depuis le début de l’année 2004, il est possible de racheter des trimestres au titre des années incomplètes ou totalement chômées.
Les assurés peuvent acheter jusqu’à 12 trimestres d’années d’études supérieures au bout desquelles ils ont obtenu un diplôme. Le rachat de trimestres est également accordé pour les années où le montant des cotisations n’était pas suffisant pour valider 4 trimestres. Cette alternative concerne notamment les assurés ayant travaillé à temps partiel ou ayant connu une ou plusieurs périodes de chômage.
1-Le coût d’un rachat de trimestre
Le prix du rachat de trimestre, pour les salariés du secteur privé, dépend du plafond de la Sécurité sociale et de l’âge de l’intéressé au moment du rachat. Ce plafond est fixé à 35 352 euros en 2011. Le montant du salaire du cotisant n’influe pas sur ce calcul. Le rachat de trimestre permet de diminuer une décote, mais aussi d’améliorer ses droits à la retraite.
2-D’autres possibilités pour augmenter le nombre de trimestres
Certaines personnes peuvent bénéficier de trimestres supplémentaires en vertu de leur situation. Par exemple, les hommes qui ont fait le service militaire peuvent demander des trimestres supplémentaires. Les périodes chômées à cause d’une maladie, d’une maternité ou d’un congé parental donnent aussi droit à des trimestres supplémentaires. Pour les personnes qui atteignent l’âge légal du taux plein, le nombre de trimestres ne compte plus, ils touchent immédiatement une pension de retraite à taux plein.
3-Demande de rachat de trimestre
Pour effectuer un rachat de trimestres, l’assuré doit d’abord adresser une demande bien détaillée à sa caisse de retraite. Un responsable le renseignera sur le montant à payer. S’il doit faire un paiement échelonné, la caisse lui fournira un document qui indique les dates d’échéance et le montant de chaque paiement.
 

E-Comprendre le principe de la retraite par répartition

 
1-La retraite par répartition
La retraite par répartition se caractérise par le principe de solidarité entre les générations : en d’autres termes, les cotisations de vieillesse versées par les travailleurs sont utilisées pour payer la pension des retraités. Lorsque les premiers partiront à la retraite, ils recevront une pension grâce aux versements effectués par les travailleurs qui leur succèdent. Le Régime de retraite par répartition s’applique à tous les travailleurs, qu’ils soient salariés ou non. Tous les retraités sont certains de percevoir une ressource grâce au « revenu minimum garanti ». En effet, dans les pires circonstances, ils toucheront soit le minimum vieillesse, soit l’allocation de solidarité aux personnes âgées.
2-Combien de temps faut-il cotiser ?
Le montant de la pension de retraite dépend de la durée de cotisation. Pour bénéficier d’une retraite à taux plein, il faut valider un nombre de trimestres suffisant. Le nombre de trimestres requis varie en fonction de la date de naissance de chaque assuré depuis la réforme de la retraite de 2010. Par exemple, l’assuré né en 1952 doit cumuler 164 trimestres pour percevoir une retraite à taux plein. Étant donné qu’il y a 4 trimestres au cours d’une année, il faut donc qu’il cotise pendant 41 ans pour toucher une pension à taux plein.
3-Qu’est-ce qu’une décote ?
La décote est un système qui consiste à minorer la pension d’un assuré lorsque sa durée de cotisation est insuffisante. Une réduction proportionnelle au nombre de trimestres manquant est donc appliquée au taux de 50 % du salaire annuel moyen. Cette réduction varie en fonction de la date de naissance de l’assuré :  
Date de naissance de l’assuré
Coefficient de décote appliqué par trimestre manquant
1947
1
1948
0,9375
1949
0,875
1950
0,8125
1951
0,75
1952
0,6875
À partir de 1953
0,625
 
Prenons le cas d’un assuré né en décembre 1951 et qui atteint l’âge légal de la retraite à 60 ans et 4 mois, c'est-à-dire en avril 2012. S’il fait une demande de retraite avec 152 trimestres validés, il lui manque 11 trimestres pour bénéficier du taux plein. Une décote sera donc appliquée à sa retraite. Ainsi, le taux de sa pension sera calculé comme suit :
50 % - (0,6875 x 11) = 42,437 %
 
 
4-Qu’est-ce qu’une surcote ?
La surcote est une majoration de la pension de retraite accordée aux fonctionnaires et aux salariés du secteur privé qui continuent à travailler après avoir cumulé un nombre de trimestres suffisant pour bénéficier du taux plein. Depuis le 1er janvier 2009, le taux de la surcote est fixé à 1,25 % par trimestre, soit 5 % par an.
 

F-Faire une demande de retraite

Le versement de la pension de retraite n’est pas automatique. Une fois que toutes les démarches nécessaires pour améliorer sa pension de retraite sont accomplies, l’assuré peut faire une demande de retraite.
1-Comment faire une demande de retraite ?
Que l’assuré soit affilié à un seul ou à plusieurs régimes de base, il lui suffit de déposer une demande auprès de sa dernière caisse pour que l’information soit communiquée aux autres régimes. Les caisses feront alors le calcul de ses pensions de retraite en tenant compte de la durée de chaque activité exercée par l’affilié.
Pour la retraite complémentaire des artisans et des commerçants, ils doivent également déposer une demande en bonne et due forme auprès du RSI (Régime social des indépendants).
Les différentes caisses de retraite procèderont au calcul en considérant la durée des activités exercées par l’adhérent. Les pensions seront alors versées séparément à la date fixée dans la demande. Il est fortement recommandé de bien choisir sa date de départ en retraite. Il est plus judicieux de choisir le premier jour du premier mois d’un trimestre pour que le dernier trimestre travaillé soit comptabilisé. Il est préférable de déposer sa demande 4 à 6 mois avant la date de départ indiquée pour percevoir sa pension de retraite le mois qui suit le paiement du dernier salaire.
2-S’informer auprès des caisses
Nombreux sont malheureusement les retraités qui n’ont pas su prendre les bonnes décisions avant de déposer leur demande de retraite. En constatant ces faits, les autorités responsables ont décidé de trouver une solution efficiente dans le cadre de la réforme de la retraite de 2010. Pour que les particuliers puissent bien préparer leur retraite, un système d’entretien à partir de 45 ans a été mis en place. Toutes les caisses de retraite de base et toutes les caisses de retraite complémentaire sont tenues d’accorder un rendez-vous gratuit à tous les assurés qui en feront la demande à partir du 1er juillet 2012.
Les modalités de ce rendez-vous ont été fixées par un décret publié à la fin de l’année 2011. Lorsqu’un assuré dépose sa demande, les responsables de la caisse doivent lui accorder un rendez-vous dans un délai de 6 mois. Après un rendez-vous, les assurés doivent attendre 6 mois pour pouvoir renouveler leur demande. Il est donc conseillé de bien préparer ses questions et d’apporter des documents pour avoir des réponses plus concrètes.
Il faut noter que les caisses de retraite de base donnent déjà un rendez-vous gratuit à tous les assurés à partir de 55 ans. Pour prendre un rendez-vous, il faut appeler le 3960.

Au cours de cet entretien, l’assuré pourra s’informer sur les possibilités qui s’offrent à lui pour améliorer sa pension de retraite. Il pourra également obtenir des réponses personnalisées sur ses droits à la retraite en fonction de sa date de naissance, de la date de départ qu’il choisit et du nombre de trimestres validé. Le responsable qui le reçoit pourra également l’orienter pour qu’il fasse le meilleur choix : demande de retraite dès que l’âge légal est atteint, cumul emploi-retraite, surcote, retraite progressive ou attendre l’âge du taux plein. Il est aussi possible de prétendre à une retraite anticipée dans certains cas.

Retrouvez tous nos conseils pour bien préparer votre départ à la retraite sur retraite.net

 

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

0 commentaire - Soyez le premier à réagir sur cet article

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION