Régimes spéciaux : les grèves reprennent

Vendredi 02 Novembre 2007 - La retraite par métier

Régimes spéciaux : les grèves reprennent

 

Le gouvernement est resté ferme ce mercredi sur les principaux points de la réforme des régimes spéciaux de retraite. En conséquence, six syndicats de la SNCF et deux syndicats de l'énergie ont déjà appelé à la grève à partir du mardi 13 novembre à 20 heures.

 

Mercredi matin, Xavier Bertrand ministre du Travail, a réaffirmé que si le gouvernement restait ferme sur « le coeur de la réforme » des régimes spéciaux, il était disposé à négocier les modalités et le calendrier d'application. En clair, si le gouvernement refuse de transiger sur l'allongement de la durée de cotisation de 37,5 ans à 40 ans pour une retraite à taux plein, il se dit prêt à discuter sur la décote, prévoyant que les employés partant en retraite sans atteindre les 40 annuités toucheraient des pensions moins élevées. Apeès la décote, « le deuxième terrain de réflexion, c'est tout le champ qui est ouvert aux négociations par entreprise », a précisé le porte-parole du gouvernement Laurent Wauquiez.

 

La direction de la SNCF, a ainsi annoncé sa volonté d'apporter « des solutions adaptées et négociées aux différentes questions soulevées par l'évolution des règles du régime et ce, en tenant compte de la spécificité de ses différents métiers cheminots », comme l'illustrent les discussions déjà engagées avec la FGAAC. L'entreprise a promis des propositions qui porteront sur l'aménagement des fins de carrière, les évolutions salariales et de carrière, les conditions de travail, la prise en compte des « contraintes métiers », les compléments de retraite, et l'amélioration des couvertures prévoyance et des droits familiaux ou conjugaux.

 

Grève illimitée à la SNCF
Toutes ces déclarations n'ont semble-t-il pas satisfait la plupart des syndicats, puisque six des huit fédérations syndicales de la SNCF (CGT, Sud Rail, Unsa, Fo, CFTC et CFE-CGC) ont appelé mercredi à une grève de 24 heures, reconductible à partir du mardi 13 novembre à 20 heures. La FGAAC (conducteurs autonomes) a déclaré qu'elle ne se joignait pas au mouvement tandis que la CFDT prendra sa décision mardi 6 novembre.
« Les fédérations syndicales des cheminots considèrent que le gouvernement n'a pas tiré les véritables enseignements du conflit social du 18 octobre, ni apporté les réponses qu'attendent les salariés des régimes spéciaux de retraite », a justifié Didier Le Reste (CGT-Cheminots). Le représentant syndical n'a pas exclu « des convergences » avec les mobilisations d'autres professions concernées par la réforme, voire avec les fonctionnaires qui ont déjà appelé à la mobilisation le 20 novembre.

 

Dans l'énergie, FO et CGT (majoritaires), ont également l'intention de se mobiliser le 14 novembre, alors que la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC se prononceront le 6 novembre.

 

A la RATP, les sept syndicats (CGT, UNSA, CFDT, FO, Indépendants, SUD, CFTC), voulant « conserver l'unité », attendent des « réponses précises », peut-être en début de semaine prochaine, et lanceront une nouvelle grève si le gouverment « ne revoit pas sa copie ».

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

0 commentaire - Soyez le premier à réagir sur cet article

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION