La retraite des français travaillant à l'étranger

La retraite et l'étranger

La retraite des français travaillant à l'étranger

Que ce soit pour une entreprise française implantée à l'étranger ou pour une entreprise étrangère, les français sont nombreux à effectuer tout ou partie de leur carrière à l'étranger.

Ainsi, se pose la question de la prise en compte de ces années de travail dans le calcul de la retraite.

Pour faciliter la liberté de circulation des salariés d'un pays de l'Europe à l'autre, l'Union européenne coordonne les systèmes de sécurité sociale des 27 Etats membres. Cette coordination s'étend aux pays de l'AELE (Islande, Liechtenstein, Norvège et Suisse).

Ainsi, pour les années de travail dans les pays de l'Union Européenne et de l'AELE, les trimestres cotisés sont pris en compte dans la durée totale de l'assurance et dans le calcul de la retraite.

Pour les autres pays, des accords sont généralement signés avec la France et prévoient les conditions de prise en compte des années de travail dans le calcul de la retraite en France.

Pour les pays n'ayant pas passé d'accord avec la France, les périodes de travail ne sont pas prises en compte pour la retraite, mais il est possible de souscrire une assurance volontaire auprès de la Caisse de Français à l'étranger (CFE).
Cette caisse rembourse également les frais de santé faits à l'étranger aux mêmes taux et tarifs qu'en France.

Les personnes ayant effectué une partie de leur carrière à l'étranger, et dont ces années ne sont pas intégrées au calcul de la retraite, ont la possibilité d'avoir recours au rachat de cotisations.

Une personne perçoit des prestations de retraite lorsqu'elle a été assurée au moins un an dans un pays, dès lors qu'elle a atteint l'âge de départ en retraite dans ce pays.

Si jamais elle a eu une activité de moins d'un an dans un Etat membre de l'UE, c'est le pays du dernier emploi d'au moins un an qui prend en charge les mois de travail dans un autre Etat membre.

Pour bénéficier d'une pension de retraite, le retraité dépose sa demande auprès de la caisse de son pays de résidence.
L'organisme se charge ensuite de contacter toutes les institutions des Etats dans lesquels le demandeur a effectué une activité professionnelle.

La prise de retraite s'effectue selon les règles du pays dans lequel le demandeur réside.

Si un retraité termine sa carrière dans un pays hors de l'Union Européenne en y travaillant au moins un an, il dispose d'un délai de deux ans pour exercer son droit à demeurer, avec sa famille dans ce pays, et à y conserver les avantages acquis en matière de logement, d'assurance sociale...


Cliquez ici pour estimer votre retraite