Retraite des kinésithérapeutes

La retraite par métier

Retraite des kinésithérapeutes

c. La pension de retraite complémentaire

 

1. Les conditions de liquidation de la pension de retraite complémentaire

L'âge normal de liquidation est 65 ans.

Certaines catégories de kinésithérapeuthes peuvent toutefois obtenir la liquidation de leur pension de retraite complémentaire dès 60 ans :

- les personnes ayant cessé toute activité pour inaptitude au travail,

- les personnes titulaires d'une pension militaire d'invalidité,

- les anciens combattants,

- les anciens prisonniers de guerre,

- les déportés et les internés.

 

Les kinésithérapeuthes n'appartenant pas aux catégories telles qu'énoncées ci-dessus peuvent également obtenir la liquidation de leur pension de retraite à partir de 60 ans. Dans ce cas, le montant de la pension subira l'effet d'un coefficient de minoration définitif. L'abattement est égal à 4 % par année d'anticipation par rapport à 65 ans. En outre, lorsque le kinésithérapeuthe ne justifie pas du nombre de trimestres requis pour le service d'une pension de retraite de base du régime des professions libérales au taux plein, s'ajoute 0,25 % par trimestre manquant pour atteindre cette durée, dans la limite du nombre de trimestres nécessaires pour atteindre l'âge de 65 ans.

 

Seul le kinésithérapeuthe obtenant la liquidation de sa pension de retraite complémentaire avant 65 ans sans abattement au titre de l'inaptitude doit cesser son activité.

 

Enfin, le kinésithérapeuthe doit être à jour de ses cotisations.

 

2. Le montant de la pension de retraite complémentaire

Le montant de la pension servie est égal au produit du nombre de points acquis et de la valeur du point (soit 17,48 euros pour 2008).

Le nombre de points acquis est fonction des cotisations versées. Ainsi, la cotisation forfaitaire donne droit chaque année à 8 points. La cotisation proportionnelle donne droit à un nombre de points proportionnel au montant de la cotisation, en fonction du prix du point de retraite (soit 114,00 Euros pour 2007).

Certains points peuvent être attribués gratuitement.

C'est le cas pour les assujettis exonérés de cotisations au titre d'une incapacité d'exercer la profession pendant plus de 6 mois, qui se voient attribuer gratuitement 8 points, ou le nombre moyen de points des 3 années précédentes. C'est également le cas des assujettis exonérés au titre d'une invalidité égale à 100 %, entraînant le recours constant à l'assistance d'une tierce personne, à hauteur de la moitié de la cotisation forfaitaire, qui se voient attribuer intégralement le nombre de points afférents à la totalité de la cotisation forfaitaire.

 

Il est possible de procéder à un rachat de points au moment de la liquidation de la pension de retraite. Le rachat portera sur la différence entre l'abattement pratiqué sur le retraite complémentaire et celui appliqué sur la retraite de base.

Le montant du rachat comprendra un coefficient multiplicateur variant selon l'âge de le kinésithérapeuthe, dans les conditions suivantes :

 

Âge du kinésithérapeuthe

Coefficient multiplicateur

60 ans

11,9

61 ans

11,6

62 ans

11,3

63 ans

10,9

64 ans

10,6

 (--page---)

d. La pension de réversion

Le conjoint survivant a droit au versement de la pension de réversion à condition que son mariage avec le défunt ait duré au moins 2 ans. Cette condition est supprimée si un enfant est issu de cette union.

Le conjoint survivant s'entend également du conjoint divorcé.

Dans tous les cas il ne doit pas être remarié.

Il doit avoir atteint l'âge de 65 ans. Cet âge abaissé à 60 ans en cas d'inaptitude au travail, ou à 55 ans lorsque le droit à la rente de survie du régime invalidité-décès n'est pas ouvert.

 

Elle est de 60 % du montant de la pension à laquelle l'assuré avait droit ou de celle à laquelle il aurait pu prétendre.

En cas de pluralité de conjoint, le montant de la pension de réversion est proratisé entre chaque conjoint en fonction de la durée respective des mariages.

 

Le conjoint survivant d'un assuré non retraité peut procéder, sous certaines conditions, au rachat de certains points de retraite complémentaire.

 

C. La retraite supplémentaire des auxiliaires médicaux conventionnés

 

a. Les bénéficiaires

Les auxiliaires médicaux, dont font partie les kinsithérapeuthes, qui exercent leur activité professionnelle non salariée dans le cadre d'une convention avec les organismes d'assurance maladie ou dans celui d'une adhésion personnelle, relèvent obligatoirement du régime supplémentaire des auxilaires médicaux conventionnés.

 

b. La cotisation

Les cotisations de ce régime sont exprimées en fonction d'un index acte médical vieillesse (AMV).

La part due par le kinésithérapeuthe conventionné est de 40 AMV, celle due par les organismes d'assurance maladie est de 80 AMV.

Elle n'est toutefois appelée qu'à 75 %.

A titre d'information, la cotisation due au titre de l'année de 2008 est de 78,00 euros.

 

Les kinésithérapeuthes conventionnés peuvent être dispensés de la cotisation lorsque le total de leurs revenus professionnels de la dernière année est inférieur à 1.792,00 euros. La demande de dispense doit être adressée à la CARPIMKO avant le 30 septembre par lettre recommandée avec accusé de réception.

 


Cliquez ici pour estimer votre retraite