Retraite et pénibilité : Xavier Bertrand défend son bilan

Jeudi 18 Décembre 2008 - Actualités réforme 2010

Retraite et pénibilité : Xavier Bertrand défend son bilan

Dimanche dernier, le gouvernement a annoncé que le ministre du Travail Xavier Bertrand quitterait ses fonctions pour prendre la tête de l'UMP en janvier. Dans un entretien au Figaro, le ministre fait le bilan de sa mission au ministère.

 
Xavier Bertrand est ministre du Travail des Relations sociales et de la Solidarité depuis l'élection de Nicolas Sarkozy en mai 2007. C'est lui qui a mené la réforme des régimes spéciaux à l'automne 2007 ainsi le rendez-vous 2008 sur les retraites au printemps dernier. A quelques semaines de son changement de fonctions, Xavier Bertrand a répondu aux questions du journal Le Figaro dans une interview publiée aujourd'hui 18 décembre et a établi le bilan de son action de ministre.
 
Sur la réforme des régimes spéciaux, le ministre s'est montré satisfait d'une réforme « que l'on disait impossible ». Il a réaffirmé qu'elle apporterait bien les économies escomptées : 500 millions d'économies nettes cumulées en 2012, puis « 500 millions par an à partir de 2015 ».

 

Le ministre satisfait du rendez-vous 2008

 

Le futur patron de l'UMP est également revenu sur le rendez-vous 2008 sur les retraites, qui pour lui n'a rien de raté, contrairement à ce qu'estiment syndicats et patronat. « Nous avons confirmé le passage à 41 ans de cotisation d'ici à 2012, établi de nouvelles règles du jeu pour les seniors, donné plus de liberté de choix en confirmant les carrières longues, en majorant la surcote pour ceux qui veulent continuer et en libéralisant le cumul emploi retraite. Nous avons aussi comme promis, amélioré les petites retraites et les pensions de réversion », a-t-il énuméré.

 
M Bertrand évoque également la question du recul de l'âge de la retraite souhaitée par le Medef. Pour lui, la « vraie question est celle de l'âge réel auquel on part. Il nous faut déjà atteindre 60 ans ». C'est pourquoi le ministre a fixé un nouveau rendez-vous en 2010 : « Il nous faut évaluer régulièrement la pertinence des dispositions prises et sortir du caractère anxiogène de ce dossier ».
 

 

Réunion tripartite sur la pénibilité en début d'année

Enfin, le ministre est revenu sur le dossier de la pénibilité, toujours en souffrance. Il a annoncé qu'une nouvelle « réunion tripartite » (gouvernement, patronat et syndicats, ndlr) serait organisée « en début d'année ». Pour lui, la raison du blocage du dossier se trouve dans la réponse à deux questions : « combien ça va coûter et qui va payer ».

 
Le ministre assure qu'il y a un « vrai consensus sur les critères de reconnaissance de la pénibilité et un large accord sur l'idée qu'une commission devra vérifier les situations individuelles », ce que les syndicats ont pourtant toujours refusé. Il se prononce également pour « une participation financière des entreprises », ce que le Medef réfute. Et il n'oublie pas le volet prévention « c'est un pur scandale que d'avoir un écart de sept ans d'espérance de vie entre l'ouvrier et le cadre ».

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

5 commentaires - Voir les commentaires

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION