Retraites : la Cnav fait ses propositions au gouvernement

Mardi 15 Avril 2008 - Actualités réforme 2010

Retraites : la Cnav fait ses propositions au gouvernement

Vendredi, le conseil d'administration de la Cnav a fait des propositions au gouvernement afin que le calcul de la retraite prenne davantage en compte les accidents de parcours.

 

Lors d'une conférence de presse, Danièle Karniewicz, présidente de la Cnav (caisse nationale d'assurance vieillesse) a fait part des propositions du conseil d'administration au gouvernement. Trois pistes ont été proposées « pour renforcer les éléments de solidarité dans la constitution des droits à retraites », a indiqué la présidente.

 

La première « piste », serait d'augmenter de 4 à 8 le nombre de trimestres qu'il est possible de valider pour les périodes de chômage non indemnisé. C'est à dire quand le chômeur ne perçoit plus d'Assedic, au contraire des périodes de chômage indemnisé qui sont comptées comme des périodes de travail. Or les assurés rencontrent plus de difficultés que leurs aînés et leurs futures pensions en pâtissent.

 

De plus, depuis la loi Balladur de 1993 et la prise en compte des 25 meilleures années (et non plus des dix), l'impact du chômage se fait d'autant plus sentir. Cette mesure concernerait environ 15% des assurés et augmenterait en moyenne de 2,8 le nombre de trimestres validés pour un coût de 200 millions d'euros.

 

La deuxième proposition concerne les périodes de maladie, maternité, accident du travail,... que l'on nomme « périodes assimilées ». Elles sont comptabilisées pour la durée de cotisation, mais sans le salaire, faisant ainsi chuter le salaire moyen annuel. La Cnav suggère donc qu'un salaire de référence à l'égal du Smic soit attaché à ces périodes. A l'horizon 2030, cette mesure coûterait près de 2,6 milliards d'euros à l'Etat. Enfin, la troisième et dernière proposition, consiste en un « lissage » des années incomplètes pour limiter leur impact.

 

La Cnav a également émis des idées pour financer ses propositions telles que la hausse des cotisations (0,2 point en plus rapporterait environ 1,2 milliard par an, en 2020) ou l'élargissement de l'assiette des cotisations aux rémunérations annexes (participation, intéressement...).

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

7 commentaires - Voir les commentaires

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION