Agirc-Arrco : les négociations sont ouvertes

Mardi 27 Janvier 2009 - Actualités réforme 2010

Agirc-Arrco : les négociations sont ouvertes

Les partenaires sociaux ouvrent aujourd'hui la renégociation de l'accord Agirc-Arrco. Rappel des principaux enjeux.

 

C'est dans un contexte particulièrement tendu que s'ouvre aujourd'hui la (re)négociation de l'accord Agirc-Arrco entre syndicats et patronat. En effet, face à la crise économique mondiale, dans deux jours les syndicats appellent à une mobilisation de tous les salariés (public et privé confondus) ainsi que des retraités pour protester contre la baisse du pouvoir d'achat et les réformes du gouvernement.

 

L'enjeu principal de cette négociation est le maintien ou non de l'AGFF (association pour la gestion du fonds de financement). En décembre dernier, ce sujet a fait l'objet d'une vive polémique suite aux déclarations de Jean-René Buisson, président de la commission « protection sociale » du Medef, qui a laissé entendre que l'AGFF pourrait être supprimée, ce qui entraînerait une baisse de 22% des retraites complémentaires.

 

Rendement et GMP

Un autre enjeu de cette négociation sera le maintien du rendement des régimes complémentaires. En effet ce rendement est aujourd'hui à 7,65% ce qui signifie que pour 1 euro cotisé, l'assuré recevra 7,65 centimes pour sa pension de retraite. Bernard Devy (FO), que nous avions interrogé en décembre nous avait expliqué qu'il est « important de garder ce niveau de rendement, afin de conserver l'efficacité des régimes et la confiance qu'ils inspirent aux cotisants ».

 

Dernier enjeu important, les partenaires sociaux devront aborder le sujet de la garantie minimale de point (GMP). Cette garantie concerne les cadres dont le salaire est inférieur ou ne dépasse pas suffisamment le plafond de la sécurité sociale. Dans ce cas une cotisation est due à l'Agirc afin d'assurer au cadre un nombre minimum annuel de points de retraite (120 points). Selon Bernard Devy aujourd'hui près de 58% des cadres seraient concernés par cette GMP « il y a aujourd'hui de plus en plus de techniciens et d'agents de maîtrise qui cotisent à l'Agirc en tant que cadre, mais qui n'ont pas de salaires suffisants ».

 

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

6 commentaires - Voir les commentaires

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION