Outre-mer : les surpensions de fonctionnaires supprimées en 2028

Vendredi 26 Septembre 2008 - La retraite et l'étranger

Outre-mer : les surpensions de fonctionnaires supprimées en 2028

Le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer Yves Jégo a annoncé récemment que la surpension perçue par les fonctionnaires dans certains territoires d'outre-mer serait supprimée dans 20 ans.

 
L'indemnité temporaire de retraite (ITR) est réservée aux retraités de la fonction publique civile et militaire installés dans certains départements et territoires d'outre-mer : La Réunion, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna, Polynésie Française et Saint-Pierre-et-Miquelon. Elle a été créée en 1952 afin de compenser le coût de la vie plus élevé dans ces régions du monde, via des suppléments de retraite (entre 35 et 75% selon les lieux). Elle concerne un peu plus de 30 000 retraités pour un coup de 330 000 millions d'euros prévus pour 2008.
 
Plafond à 8 000 euros en 2018
Mais cette indemnité est aujourd'hui en passe d'être supprimée. En effet le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer Yves Jégo a récemment déclaré lors d'une visite au salon du tourisme à Paris, que ces majorations de retraites pour les fonctionnaires d'Etat dans certaines collectivités d'Outre mer seront supprimée dans 20 ans. Celles-ci seront en outre plafonnées à 8 000 euros par an dans 10 ans. Ce plafond serait peu à peu diminué d'ici à 2028. En revanche, dès 2009, Monsieur Jégo a également annoncé qu'il entendait réserver ce dispositif aux agents ayant travaillé quinze ans outre-mer ou y ayant des attaches, alors que tout fonctionnaire peut aujourd'hui en bénéficier.
 
Coût « exorbitant »
Depuis 2004, cette indemnité faisait débat car son coût est jugé « exorbitant » et qu'en outre, en sept ans, celui-ci a plus que doublé. La Cour des comptes elle-même a reconnu dans un rapport que ce dispositif subissait de nombreux abus. Le ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction Publique Éric Woerth avait déjà assuré en décembre dernier que le dispositif serait être révisé. « Entre 1995 et 2005, le nombre de bénéficiaires s'est accru de 87%. La justification de cette ITR n'apparaît pas aussi claire qu'elle a pu l'être à l'origine, lors de sa mise en place » avait-il reconnu.

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

12 commentaires - Voir les commentaires

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION