Des pratiques contestables dans les maisons de retraite

Jeudi 25 Avril 2013 - Etre à la retraite

Des pratiques contestables dans les maisons de retraite

Maisons de retraite : les inspecteurs de la DGCCRF dénoncent de nombreuses irrégularités

 

Récemment, la Direction générale de la concurrence et de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a publié le bilan des visites effectuées dans 331 maisons de retraite en 2012. Les inspecteurs ont constaté que la plupart des établissements ne respectent pas les règles en vigueur : en effet, 178 avertissements ont été émis.

Des manquements à la règlementation

Pour vivre dans une maison de retraite, les personnes âgées doivent payer à peu près 1 900 euros par mois. Pourtant, les gestionnaires continuent de contourner la loi pour gagner plus au détriment de leurs clients ou des familles lorsque ces derniers décèdent.

La DGCCRF indique dans le bilan qu’il a récemment publié que les responsables diffusent toujours de la publicité mensongère pour attirer les clients. Les tarifs affichés ne sont pas précis : en effet, après la signature du contrat, d’autres frais cachés sont révélés et viennent gonfler la facture. La liste établie par les inspecteurs dénote d’autres mauvaises surprises.   

Des clauses qui défavorisent les clients

Les inspecteurs de la DGCCRF ont pris le temps de bien étudier les contrats et ont découvert des clauses abusives, malgré une intervention de la Commission des clauses abusives 5 ans plus tôt : par exemple, lorsqu’un résident quitte l’établissement, le gestionnaire lui facture les frais de réhabilitation de la chambre.

Si le bilan de la DGCCRF affiche déjà une liste plus ou moins longue d’irrégularités dans les maisons de retraite, d’autres enquêtes révèlent des manquements inacceptables : selon les médecins des urgences, des maisons de retraite et même certains établissements médicalisés n’hésitent pas à se débarrasser des personnes âgées en les envoyant aux urgences lorsque leur état de santé se dégrade. Cependant, les soins prodigués dans cette section ne leur conviennent généralement pas.

En cas de décès, lorsque les responsables des maisons de retraite transfèrent la dépouille dans un funérarium, ils doivent couvrir les frais pendant les trois premiers jours. Pourtant, ces frais élevés sont injustement imputés aux familles qui n’obtiennent jamais de remboursement.  

 

Avec retraite.net retrouvez toute l actualité de la retraite

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

0 commentaire - Soyez le premier à réagir sur cet article

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION