Dernière réunion pour le redressement des retraites complémentaires

Vendredi 15 Mars 2013 - Retraite Hollande 2012

Dernière réunion pour le redressement des retraites complémentaires

Derniers rendez-vous pour résoudre les problèmes de l’Agirc et de l’Arrco

Comme la séance du 7 mars dernier n’a pas porté les fruits escomptés, le patronat et les syndicats se sont donné rendez-vous pour essayer de trouver un terrain d’entente et établir les mesures destinées à redresser les comptes des régimes de retraite complémentaires du privé. Les participants n’ont finalement pas approuvé l’augmentation des cotisations et la réévaluation plus faible par rapport à l’inflation, un compromis à court terme pour sauver les caisses de l’Agirc et de l’Arrco.

Une réunion qui doit aboutir

Face à la situation financière des caisses de retraite complémentaire, les partenaires sociaux n’ont plus droit à l’erreur et doivent trouver un terrain d’entente, sinon, la réévaluation automatique des pensions basée sur l’inflation s’appliquera le 1er avril prochain. Les déficits continueront alors à s’accumuler et les réserves seront épuisées en 2017 pour l’Agirc et en 2020 pour l’Arrco.

Si aucune décision n’est prise, la situation s’aggravera au fil du temps et les besoins de financement ne cesseront d’augmenter pour s’élever, selon le Conseil d’Orientation des Retraites (COR), à 8 milliards d’euros par an en 2020. Le gouvernement espère qu’un accord sera établi à l’issu de cette réunion pour que ce ne soit plus un sujet qui viendra épaissir l’ordre du jour lors des discussions qui porteront sur la réforme du régime général.

Le MEDEF durcit le ton face aux syndicats

Au cours de la séance de négociation du 7 mars 2013, le MEDEF a posé deux conditions :

-l’accord doit permettre de conserver un niveau minimal des réserves de l’Agirc et de l’Arrco équivalent à neuf mois de prestations

-les partenaires sociaux doivent constater que le recul de l’âge effectif moyen de départ à la retraite est significatif.

Laurence Parisot, la présidente du MEDEF, dénonce la souplesse du gouvernement face aux revendications des partenaires sociaux qui freinent les efforts des représentants. Selon les syndicats, la position du MEDEF s’expliquerait par l’approche des élections d’un nouveau président et la volonté de Laurence Parisot de conserver sa position.     

Rappelons que le MEDEF a suggéré que la réévaluation des pensions soit inférieure à l’indice des prix (à peu près 2 % par an en 2012) : soit 0,95 % pour l’Agirc et 1,17 % pour l’Arrco au 1er avril prochain. Cette désindexation partielle sera applicable pour les deux régimes de retraite complémentaires en 2014 et en 2015.

Les syndicats réclament en échange une hausse du taux contractuel des cotisations afin d’améliorer les niveaux de pension de retraite, tandis que le patronat ne veut augmenter que le « taux d’appel » pour que seul le point de retraite puisse être revalorisé.  

Les solutions qui découleront de cette dernière réunion doivent contribuer à résoudre les problèmes des caisses de retraite complémentaire à moyen terme et à long terme.

Avec retraite.net retrouvez toute l'actualité de la retraite Hollande

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

0 commentaire - Soyez le premier à réagir sur cet article

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION