Les syndicats mettent la pression à Hollande sur les retraites

Jeudi 10 Mai 2012 - Actualités réforme 2010

Les syndicats mettent la pression à Hollande sur les retraites

100 jours pour relancer la réforme des retraites !

C’était une des mesure phare lancée par le Candidat socialiste à l’election présidentielle, et  : pendant les manifestations contre la réforme des retraites de 2010. Le Candidat Hollande  s’était engagé à rétablir l’âge légal à 60 ans s’il était élu.

Désormais élu, le nouveau Président semble faire machine arrière dans son calandrier de réformes et sur ses « 60 engagements ». Il promet désormais une réforme à 2 vitesses :

-          Par principe symbolique, le Président s’engage d’ici fin juin, à rétablir la possibilité de partir à 60 ans, mais uniquement pour les assurés qui ont commencé à travailler à 18 ans et qui ont cotisé assez pour avoir droit à une retraite à taux plein, soit 41 ans aujourd’hui, 41,5 ans pour la génération née en 1955 et après. 

-          Dans un second temps, François Hollande a promis « une négociation globale qui s’engagera dès l’été 2012 avec les partenaires sociaux ». La date de cette négociation sera décidée lors de la conférence sociale prévue à la mi-juillet une fois les législatives passées

 Un nouveau calcul proposé pour réformer le régime des retraites

Dans une interview publiée dans Le Parisien le 11 avril 2012, François Hollande précise que le calcul du nouveau dispositif « se fera sur les années cotisées » . Autrement dit : les trimestres validés mais non cotisés (périodes assimilées au titre du chômage ou de la maladie, majorations de durée d’assurance par enfant…) ne seraient pas pris en compte. En revanche, les périodes de service militaire et les congés de maternité le seraient.

Cette mesure devrait concerner environ  150 000 personnes pour un coût de 5 milliards d’euros à fin 2017. Cette mesure serait alors financée par un « supplément de cotisation de 0,1 % par an sur les salariés comme sur les employeurs ».

La pression des syndicats s’accélère

 

Les syndicats commencent déjà à faire pression au lendemain de la victoire de la Gauche pour que le président sur les sujets à renégocier : l’âge légal de départ, la prise en compte de la pénibilité, le montant des pensions ou l’évolution des recettes.

Compte tenu des finances publiques en déficit, la marge de manœuvre du gouvernement risque donc d’être limitée.

 

Envoyer cet article à un ami

Vos réactions

0 commentaire - Soyez le premier à réagir sur cet article

Vous devez être identifié pour déposer des commentaires !
Si vous êtes déjà inscrit connectez-vous avec le formulaire en haut de page.
Sinon cliquez ici : INSCRIPTION